de2005_10_06_025

Un bon blog sur SH se doit d'avoir un post sur ces bestioles !!

On les élève pour deux raisons, ce qui conduit au distingo suivant :

Les grillons chanteurs

Pour les rencontrer, il suffit, l'été, d'ouvrir un peu ses oreilles, et regarder autour de soi, surtout dans les lilong, s'il n'y a pas, suspendues à quelque perche ou plante, de petites boules de vannerie (on n'en voit plus actuellement, la saison est passée...) ou ce type de cages en bois :

2005_10_06_036

Traversez un parc et passez sous un arbre; vous ne les verrez pas, mais leurs stridulations caractéristiques, démultipliées, vous surprendront.

L'animal est censé porter bonheur depuis des temps ancestraux, d'où sa présence dans nombre de foyers. On dit même que "son chant était tellement apprécié que les dames de la cour impériale enfermaient des grillons dans des cagettes d'or placées près de leur oreiller pour les aider à s'endormir ".

On trouve aujourd'hui, y compris sur les sites de ventes aux enchères de la toile, des cages à grillons anciennes, de même que de très beaux étuis dans lesquels étaient rangées les baguettes de bois avec lesquelles ces nobles dames flattaient l'animal afin qu'il leur livre leur chant.

Les grillons de combat

Pour ceux qui souhaitent les rencontrer, il suffit d'approcher le marché aux plantes et zanimaux.

Peu avant la porte, sur le trottoir, une foule s'amasse autour d'un homme accroupi, regardant avec intérêt ce qui va sortir du tube de bambou : un grillon !

2005_10_06_0012005_10_06_0022005_10_06_015

Vous voilà dans le bain? Pénétrez donc dans le marché, et direction les deux salles du fond :

sh___2005_09_16__4_

Vous voyez toutes ces boîtes rondes? Elle contiennent des bébêtes et sont à vendre.

Accroupis, l'acheteur et le vendeur. Le premier, une tige dans la main, va titiller l'animal pour vérifier sa combativité ; le second attend patiemment pour se lancer dans une âpre négociation.

J'ai mis du temps pour écrire ce blog, car je manquais d'une part de photos, et d'autre part d'informations : je suis donc retournée sur Tibet lu, et me suis fait expliquer en long en large et en travers le fonctionnement des combats (pas évident quand on y va seule et sans parler la langue).

De ce que j'ai compris :

1°) vous apportez votre grillon pour le combat (ou vous en acheter un sur place, mais sera-t-il vraiment en grande forme??) dans une zoulie boîte de transport; il y en a également qui ressemblent à une grosse boîte d'allumettes, en bois sculpté, d'autres, les traditionnelles, faites dans des gourdes (le cucurbitacée bien sur !) et la boîte aux instruments de torture (pinceaux et autres tiges).

2005_10_06_006

2°) Vous pariez et regardez l'animal se faire asticoter à l'aide de ces petits pinceaux

2005_10_06_0391

3°) Avant que les champions ne passent dans l'arène, passage obligé par les vestiaires : et chaque heureux propriétaire y pousse sa bébête délicatement avec la plume :

2005_10_06_04012005_10_06_0411

3°) les boxes sont mis dans l'arène :

sh___2005_09_16__1_1

Ici, se sont des boîtes de transport ou d'élevage, en terre cuite, mais je n'ai pas vu d'autres types d'arène autour desquelles les hommes se pressent

4°) Vous vous précipitez pour voir le match :

2005_10_06_026

Enfin, si vous pouvez vous approcher, car le monsieur en pyjama, qui, je vous rassure, porte sa tenue de tous les jours et n'est pas encore prêt à aller se coucher, ne daignera pas s'écarter !

Ce commerce est très lucratif car d'une part une bonne bête peut valoir à elle seule un prix élevé ( j'ai entendu un vendeur parler de 300 RMB, mais cela ne doit certainement pas être un maximum) et d'autre part, les combats font l'objet de paris effrénés.

Il est à noter que l'entretien d'un grillon nécessite nombre d'ustensiles :

2005_10_06_0052005_10_06_038

L'animal doit se sustenter, et pour ce faire, seront nécessaires les minis pelle et cuillère, que vous apercevez sur la 1è photo à gauche (à côté des fameux pinceaux et plumes déjà cités), et bien sur le service de table. Vous avez le choix de la taille, du modèle et du motif !!!

Pour ma part, je trouve que ces insectes ressemblent de trop près aux infâmes cafards; la description de leur morphologie démontre nombre de similitudes, bien que leur famille diffère car le grillon est ortoptère alors que l'autre, mon ennemi juré, est blattoptère.

Observez les :Les deux disposent d'antennes, de zyeux, d'élytres et d'ailes, de cerques à leur extrémité...et se nourrissent également de toutes sortes de matières organiques telles épluchures ou petits cadavres d'insectes.

Les différences ? Outre le fait que le grillon saute et que le cafard court, que ce dernier peut envahir nos intérieurs et se livrer à un pillage en règle de nos aliments (fort heureusement, je n'en ai vu - et des gros - que dans certaines ruelles ou murs du Lilong d'en bas de chez moi), les particularités viennent bien sur des femmes...Une oothèque (membrane-coque qui protége la ponte des blattes et que la femelle promène pendant environ 8 jours) pour la cafarde et un ovipositeur (organe généralement long et effilé, à l'aide duquel elle dépose ses œufs dans les endroits les plus favorables à leur incubation) pour la grillonne.

Regardez les : difficile de savoir qui est qui !

2005_10_05_010

Je vous aide? Les cerques - appendices situés à l'extrémité de l'abdomen qui jouent un rôle dans l'accouplement - sont beaucoup plus courts chez le cafard !

Vous le savez ou l'avez compris, je n'aime pas trop les insectes, et déteste les cafards, mais le pourquoi tant de haine sera pour une autre histoire...