Dernière journée à Beijing : au programme, ballades...

Nous nous dirigeons vers la tour de la cloche, entourée de hutong comme nous le verrons d'en haut, après une série de marches assez raides

2005_10_18_3012005_10_18_292

Face à ce monument très dépouillé et austère, la tour du tambour, que nous ne pourrons visiter, faute d'agent de caisse partie déjeuner (et les 5 mn s'éternisant, nous - surtout moi - perdons patience...)

2005_10_18_302

Nous ne grimperons pas l'escalier escarpé qui mène à un autre panorama sur les toits de Bejing, et ne verrons pas ni fameux tambours ni clepsydres.

Nous parcourons de nouveaux des hutong

2005_10_18_304

en nous dirigeant vers le canal, et sur Qianhai Hù où nous ferons une sympathique halte déjeuner (cuisine du Hunan très épicée). Nous profitons des rayons du soleil et de la quiétude du lieu.

2005_10_18_309

Alors que l'ombre et la fraîcheur arrivent sur le lac, direction le jardin de Beihai (parc de la mer du Nord), autrefois dévolu aux loisirs des empereurs.

Là également, malgré les nombreux touristes, une impression de calme plane sur les lieux.

Nous débutons notre découverte de ce site immense par un jardin, doté d'une remarquable double galerie peinte, qui n'a pas à rougir devant le YuYuan Garden de SH,

2005_10_18_3122005_10_18_3142005_10_18_315

Plus loin, le temple Xitian Fanjing, dont j'aurais aimé photographier l'entrée sans touristes, mais malgré une longue attente, les défilés de casquettes, drapeaux et porte voix ont continué d'avancer telles des armées en marche...

2005_10_18___009

2005_10_18_319

2005_18_015

2005_18_0172005_18_012

Un peu plus loin, un mur aux esprits de la même facture que celui de la cité interdite, représentant toujours les 9 dragons.

2005_10_18_330

Nous continuons notre promenade, et un autre temple de dresse devant nous

2005_18_009

Entre les deux, nous avons erré au coeur d'un petit jardin botanique

2005_18_010

Nous revenons sur nos pas pour contourner le lac

2005_10_18___0072005_10_18___010

et nous diriger vers l'île de Jade, où se dresse le grand dagoba blanc; nous apercevons déjà...les échafaudages de sa rénovation...

2005_10_18___0172005_18_006

Dans ce parc également, les chinois passent leurs loisirs entre danses rythmiques,

2005_10_18_334

chants et calligraphie

2005_10_18_339

Sous l'effet du soleil, les caractères s'effacent rapidement, permettant à d'autres calligraphes d'écrire leur éphémère morceau d'histoire.